Accueil > L’enseignement général > _Sciences de la Vie et de la Terre > Les programmes de Sciences de la Vie et de la Terre > Programme de Seconde

Programme de Seconde

lundi 27 août 2007, par Frédéric Lalevée

Le programme comprend 3 parties. L’ordre de traitement des parties dépend de la classe.

4 semaines sont consacrées à des thèmes au choix. Les élèves choisissent un sujet en rapport avec le programme et le traitent sous forme d’exposé, de pages web, de maquettes, etc...

1. LA PLANÈTE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT (8 semaines)

Notions et contenus

Limites

La Terre est une planète du système solaire.

Ne sont pas au programme

Le Soleil est une étoile autour de laquelle tournent différents objets (planètes, astéroïdes, comètes). Ils sont de tailles, compositions chimiques et activités internes variées. Certaines planètes ont des enveloppes externes gazeuses ou liquides.

- L’astronomie d’observation.

L’énergie solaire reçue par les planètes varie en fonction de la distance au soleil.

La répartition en latitude des climats et l’alternance des saisons sont des conséquences de la sphéricité de la Terre, et de sa rotation autour d’un axe incliné par rapport au plan de révolution autour du soleil.

 

Planète Terre et environnement global

La structure et l’évolution des enveloppes externes de la Terre (atmosphère, hydrosphère, lithosphère et biosphère) s’étudient à partir d’images satellitales.

L’effet de serre résulte comme sur Mars et Vénus de la présence d’une atmosphère .

- Le bilan énergétique détaillé de l’effet de serre.

Les mouvements des masses atmosphériques et océaniques résultent de l’inégale répartition géographique de l’énergie solaire parvenant à la surface de la Terre et de la rotation terrestre. Ces mouvements ont des conséquences sur l’évolution de l’environnement planétaire.

L’atmosphère terrestre a une composition chimique et une structure thermique qui varient avec l’altitude. L’ozone protège la Terre du rayonnement UV ; il est aussi responsable de la séparation troposhère/stratosphère. Les mouvements atmosphériques sont rapides (de l’ordre de la dizaine de m.s-1) et permettent un mélange efficace des gaz et polluants (CO2, CFC, poussières, etc) à l’échelle planétaire.

Les masses océaniques sont animées de mouvements de deux types : les courants de surface (couplés à la circulation atmosphérique) et les courants profonds (liés aux différences de température et de salinité de l’eau de mer). Ces deux types de courants ont des vitesses de déplacement différentes. Ces vitesses sont plus faibles que celle de l’atmosphère et disséminent moins rapidement les polluants à l’échelle planétaire.

- Le détail des réactions photochimiques de fabrication et de destruction de l’ozone.

- Les développements théoriques et quantitatifs sur la force de Coriolis.

- Les mécanismes de la photosynthèse, de la respiration et de la fermentation.

La biosphère ensemble de la matière vivante.
Notion de respiration, de fermentation, synthèse chlorophylienne.

Les cycles de l’oxygène, du CO2 et de l’eau  :
ils montrent comment la lithosphère - l’hydrosphère, l’atmosphère et la biosphère sont couplées. Influence de l’homme. Action sur la température de surface.

Evolution historique de la composition de l’Atmosphère :
La courbe des teneurs en CO2 et O2 de l’atmosphère terrestre depuis 4,5 milliards d’années. La courbe des températures fossiles et des teneurs en CO2 au cours du quaternaire récent déterminée grâce à l’étude des isotopes de l’oxygène et des inclusions gazeuses des carottes polaires.

- Le bilan détaillé de l’écosystème terrestre.

- Les bilans quantitatifs des cycles géochimiques

- Les mécanismes exacts des fractionnements isotopiques de l’oxygène.

2. L’ORGANISME EN FONCTIONNEMENT (7 semaines)

Notions et contenus

Limites

Relations entre activité physique et paramètres physiologiques

L’augmentation de l’activité physique s’accompagne d’un accroissement de la consommation de dioxygène et de nutriments par les cellules musculaires.

L’effort physique est associé à la variation de l’activité des systèmes circulatoire et respiratoire.

Ne sont pas au programme :

- Les divers nutriments autres que le glucose.

- Les conversions énergétiques.

- Le quotient respiratoire, le métabolisme basal, la dette d’oxygène.

- Les mécanismes de contraction de la cellule musculaire.

Couplage entre l’activité cardio-respiratoire et l’apport de dioxygène aux muscles.

La circulation du sang au sein des cavités cardiaques se fait dans un seul sens.

La disposition en série de la circulation pulmonaire et de la circulation générale permet la recharge en dioxygène de l’ensemble du volume sanguin.

L’apport préférentiel de dioxygène aux muscles en activité résulte de la disposition en parallèle de la circulation générale associée à une vasoconstriction variable.

L’augmentation des débits cardiaque et ventilatoire permet d’apporter davantage de dioxygène aux muscles en activité.

Ne sont pas au programme :

- Les pressions intracardiaques.

- Les mécanismes d’échange du dioxygène.

- Les structures des vaisseaux.

- Les mécanismes de la vasoconstriction.

Intégration des fonctions dans l’organisme au cours de l’activité physique.

Le fonctionnement automatique du coeur est modulé par le système nerveux.

L’activité rythmique des muscles respiratoires est commandée par le système nerveux.

Au cours de l’activité physique, cette modulation et cette commande sont modifiées, ce qui adapte l’organisme à l’effort.

Ne sont pas au programme :

- La structure du tissu nodal et les mécanismes de l’automatisme cardiaque.

- Le codage du message nerveux.

- Les structures de transmission et les mécanismes d’action des neuro-médiateurs.

- Les réseaux neuroniques.

3. CELLULE, ADN ET UNITÉ DU VIVANT (11 semaines)

Notions et contenus

Limites

La cellule fonde l’unité et la diversité du vivant.

Les cellules sont les unités structurales et fonctionnelles de tous les êtres vivants.

Toutes les cellules sont limitées par une membrane plasmique. Elle définit un compartiment intracellulaire où a lieu le métabolisme.

L’hétérotrophie et l’autotrophie sont deux grands types de métabolisme.

Les activités fondamentales des cellules telles que le métabolisme et la division sont sous le contrôle d’un programme génétique.

Le matériel génétique est contenu dans un ou des chromosomes.

Ne sont pas au programme :

- La description détaillée des organites et de la membrane plasmique.

- La structure moléculaire de la membrane.

- Les mécanismes des échanges membranaires.

- Les mécanismes de l’hétérotrophie et de l’autotrophie.

- Le cycle cellulaire.

- L’architecture des chromosomes.

Universalité et variabilité de la molécule d’ADN.

La transgénèse repose sur l’universalité de la molécule d’ADN en tant que support de l’information génétique.

Chaque chromosome contient une molécule d’ADN qui porte de nombreux gènes.

L’ADN est formé de deux chaines complémentaires de nucléotides (A, T, C, G). La séquence des nucléotides au sein d’un gène constitue un message.

Les allèles ont pour origine des mutations qui modifient la séquence de l’ADN. Les mutations introduisent une variabilité de l’information génétique. Les conséquences des mutations sont différentes selon qu’elles touchent les cellules somatiques ou germinales.

Certains agents de l’environnement peuvent augmenter le taux de mutation.

Ne sont pas au programme :

- Les expériences historiques sur la structure et les fonctions de l’ADN.

- La structure détaillée des nucléotides.

- La réplication de la molécule d’ADN.

- Les mécanismes de l’expression génétique et le code génétique.

- Les différents types de mutations (ponctuelles et chromosomiques).

Parenté et diversité des organismes.

Les vertébrés présentent des similitudes anatomiques qui se traduisent par un plan d’organisation commun : axes de polarité (antéro-postérieur, dorso-ventral, droite-gauche), disposition des principaux organes par rapport à ces axes.

Le développement embryonnaire conduit à la mise en place du plan d’organisation en suivant un programme génétiquement déterminé.

Malgré leur diversité les grands plans d’organisation du monde vivant sont en partie sous le contrôle de gènes apparentés tels que les gènes homéotiques.

Les similitudes aux différents niveaux d’organisation : cellule, molécule d’ADN, et organisme conduisent à la notion d’origine commune des espèces.

Ne sont pas au programme :

- La description détaillée des organes et des appareils.

- Les mécanismes cellulaires et moléculaires de l’embryogenèse.

- Les mécanismes de l’évolution

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.